samedi 16 octobre 2010

L'apprenti dictateur (épisode 0).

La France est un grand pays qui a choisi de laisser s'écrouler son économie, d'abandonner ses scientifiques et ses chercheurs dans les mains des puissances étrangères et de laisser le pays dans une friche industrielle et agricole terrifiante de désolation pour se concentrer sur ce qu'elle sait faire de mieux : du vent. Et lorsque je dis du vent, il ne s'agit pas de n'importe quel vent : la formation des individus aux toutes dernières techniques de management, au summum de la science du néant, à un abîme de vide que les discours soporifiques de nos dirigeants peinent à combler. Mais quels sont ces instituts qui diffusent à travers le monde cette image éblouissante dont les bleus (le footballeurs) avaient été des précurseurs (ou des continuateurs) et qui font que nous, les français, passons pour des guignols aux yeux de la planète entière. Qu'y enseigne-t-on pour que ce soit considéré comme typiquement français? Et à qui profite cet enseignement?
Les disciplines enseignées:
  1. La langue de bois
  • La langue de bois est une figure de rhétorique consistant à détourner la réalité par les mots. C'est la langue parlée et écrite des magistrats, politiciens, policiers, militaires, érudits, prélats, alchimistes, banquiers, agents d'assurances, notaires, ectoplasmes, vampires, critiques d'art et autres diseurs de bonne aventure.
  • Parler pour ne rien dire ou, pour prendre un exemple concret, avoir toujours une réponse évasive à n'importe quelle question. (On a dit réponse, et non solution!)
  • Un exemple: « Et ce n'est certainement pas vous, mes chers compatriotes, qui me contredirez si je vous dis que la situation d'exclusion que certains d'entre vous connaissent oblige à la prise en compte encore plus effective d'un programme plus humain, plus fraternel et plus juste. »
  • Le pipotron ou générateur de phrases creuses, issu d'un cour de l'ENA est facilement disponible sur internet. Il vous fabrique des phrases ou des discours bourrés de slogans, de beaux sentiments et de fort jolies expressions mais qui ne veulent rien dire de précis. Lorsque vous aurez joué avec ce type de programme, vous serez à même de reconnaître quelles versions sont utilisées par les ministres, journalistes, leaders des partis, syndicalistes et ainsi de suite.
  • La langue de bois est la discipline principale de l'ENA. L'École Nationale d'Administration est une grande école française créée en 1945 pour « démocratiser » l'accès à la haute fonction publique de l'État. Elle est chargée aujourd'hui d'assurer la sélection et la formation initiale et continue de hauts fonctionnaires français et internationaux, offrant à ses anciens élèves un accès aux postes de direction et d'encadrement de la fonction publique française.
  1. La politique
  • La politique, c'est l'art et la pratique du gouvernement des sociétés humaines, relatif aux rapports du gouvernement et de ses oppositions, au pouvoir et à la lutte autour de celui-ci. La politique est la science de gouverner par l'État.
  • La politique est considéré également comme un mensonge sur les rapports humains selon lequel il est inévitable que la vie de l'immense majorité des hommes soit dirigée par une minorité de « spécialistes » autoproclamés sous prétexte de circonstance, de race ou de savoir.
  1. La politique politicienne.
  • (Péjoratif) Attitude des hommes politiques consistant à se préoccuper des questions de pouvoir entre politiciens et partis politiques davantage que de la politique au sens étymologique du terme, c'est-à-dire des affaires de la cité.
  • Politique politicienne : concept paradoxal, puisqu'on ne peut le nommer sans le mettre immédiatement en pratique. S'apparente par certains côté au « principe de McCaïn » : il est avéré que c'est ceux qui le dénonce le plus qui en font le plus.
  • « la politique politicienne », sous-entend qu’il en existe une autre : la politique non-politicienne.
  • Cette spécialité, une spécificité française, est dotée d'une particularité fort étonnante: elle est capable, dans un même temps, dans un même lieu et avec les mêmes personnes, de déclencher simultanément des discours passionnés et virtuoses (dans le genre brèves de comptoir ou philosophie de Monoprix) et une vague de dégout profond mais tout aussi volubile. Elle peut s'apparenter à la langue de bois, dont elle est à la fois issue et à l'origine, car elle peut contaminer les mêmes individus quels que soient leurs milieux sociaux et professionnels. En effet, un député sorti d'une prestigieuse école et un chômeur en fin de droit acculé à la mendicité, seront capables de refaire le monde, à leur sauce, en usant parfois des mêmes argumentaires et en s'adressant les pires insultes, pour arriver à des conclusions similaires mais qu'ils affirmeront diamétralement opposées. Le manège peut même durer des heures, s'étaler sur plusieurs jours (ou sessions) et ne débouchera jamais sur rien (parce que qu'on ne sait jamais de quoi il est question)
  1. La polémique.
  • Le terme de polémique (du grec πολεμικός, polêmikôs « qui concerne la guerre », « disposé à la guerre», « batailleur, querelleur ») fait aujourd'hui l'objet d'emplois multiples.
  • Vive controverse publique consécutive d'une ânerie ministérielle : « Ecoutez, je crois que les Français aujourd'hui sont fatigués de toutes ces polémiques stériles et de cette politique politicienne. »
  • La polémique relève de la dispute. Il se dit des querelles, des disputes par écrit, sur les questions se rapportant à la théologie, à la politique, à la littérature, ou n'importe quel sujet aussi futile soit-il.
  • La polémique est un échange d'opinions opposées, de manière vive, voire violente. Les synonymes sont: dispute, querelle, débat, controverse, réfutation.
  • Pour établir les bases solides d'une bonne polémique, il faut les ingrédients suivants: au moins deux personnes (une troisième personne pourra apporter son soutien et faire rebondir les débats selon qu'elle prendre parti pour l'un ou pour l'autre ou, plus amusant encore, pour l'un et contre l'autre, mais à tour de rôle) Une bonne polémique n'est efficace qu'en présence de témoins qui peuvent participer, prendre parti, crier, voire même échanger quelques uppercuts. Le summum (the best of the best) pour une polémique nationale est d'appliquer cette recette à un pays tout entier. Pour quelle fasse la une des chaînes d'information en continu de la planète (jusqu'aux contrées les plus insignifiantes et prétendues intellectuellement inférieures) vous mettez dans une grande bassine: un gouvernement inflexible avec une réforme qui n'apporte aucune réelle solution (genre cataplasme sur une jambe de bois) et qu'il faudra renouveler tous les trois à quatre ans; des partis et des syndicats qui avaient des idées à avancer pour régler une bonne partie des problèmes mais qu'on n'a pas pris la peine d'écouter; la population que les uns et les autres prennent en otage, des fonctionnaires, des salariés, des chômeurs, des retraités, des lycéens qui déferlent dans les rues et qu'on compte comme on compte les moutons (pour s'endormir); on n'oublie pas les médias qui loin de se contenter d'informer les citoyens, attisent les rancœurs des uns et les jalousies des autres.
  1. Le management imbécile.
  • Le management ou la gestion est l'ensemble des techniques d'organisation de ressources qui sont mises en œuvre pour l'administration d'une entité, dont l'art de diriger des hommes, afin d'obtenir une performance satisfaisante.
  • Le Management est considéré ici autant comme la capacité à s'imposer que comme la capacité à échanger. Cette norme prend en compte ces deux dimensions.
  • S'il y a des techniques de management, il en existe aussi pour faire le contraire (et les deux peuvent se rejoindre) : l'antimanagement.
  • Le management peut devenir une véritable calamité et un outil de génocide social particulièrement efficace et monstrueux. Pour obtenir un philtre magique de pourrissement social vous pouvez mélanger dans un creuset les éléments suivants: une volonté politique et hiérarchique obscure de restructurer des services qui tournent correctement, des buts et objectifs définis officiellement qui laissent supposer d'autres finalités, un système de promotion des employés aléatoire, injuste mais ciblés pour semer la pagaille, des réorganisations de sites, terrains, bureaux et services jamais terminées mais qui s'enchaînent les unes aux autres sans logique, des nominations de cadres qui ne connaissent rien au travail des gens qu'ils vont diriger, un pincées de principe de Peter (chacun atteint son plus haut niveau d'incompétence) une louche de loi de Murphy (loi de l'emmerdement maximum). Vous pouvez détruire une solide entreprise qui accumulait les bénéfices depuis deux siècles, en la ruinant au préalable, en l'espace de quelques mois, voire deux ans. Le comble du mauvais goût : vous serez parvenu à culpabiliser les employés que vous prendrez soin d'accuser (forcément à tort) de ne pas avoir voulu coopérer.
  1. L'utilisation des observations et études médicales dans l'évolution des carrières.
  • Commencer par un changement de statut (exemple : les employés de France Télécom) ou une privatisation (même déguisée) puis restructurer l'entreprise sans aucun plan social. « Ceux qui résistent sont placardisés, ballottés d'un poste à l'autre. »
  • Exercer une pression à distance: l'absentéisme, les accidents du travail, les troubles du sommeil, la tristesse, l'angoisse, les troubles somatiques, les dépendances, montent en flèche. Ce mal être est difficile à évoquer en interne puisque le management et le service ressources humaines se retrouvent éloignés des salariés, parfois à des centaines de kilomètres. Isoler pour mieux régner ?
  • Remanier les postes, les entités, jongler avec les affectations, pousser les employés au départ, mutations forcées, postes non définis, retrait de responsabilité ou au contraire surcharge de travail, "l'entreprise passe son temps à réorganiser les services, à délocaliser, à sous-traiter et à déménager. Le seul but : faire des économies de bouts de chandelles"
  • Quand la machine à broyer est en vitesse de croisière et dès l'apparition des premières victimes, dépôts de plainte et autres recours, la hiérarchie s'applique à nier l'évidence.
  • Exploitation du stress, des dépressions et pousser les employés au suicide (avec l'arrière pensée qu'ils n'iront pas jusque là)
  • Pour plus d'information, suivre quelques uns de ces liens:
  1. Le chômage.
  • Sont au chômage toutes les personnes au-dessus d'un âge déterminé, qui n'exercent pas d'emploi rémunéré ou ne sont pas travailleurs indépendants, sont disponibles pour travailler, et s'efforcent de trouver un emploi rémunéré ou de devenir travailleurs indépendants.
  • Drame humain, catastrophe économique, résultant d'une recherche locale de productivité au détriment de la productivité globale. Une hausse globale de productivité déplace le travail, exige une reconversion mais ne peut provoquer de chômage. Le chômage n'est pas une fatalité technologique.
  • Excédent de demandeurs d'emploi par rapport aux besoins objectifs de l'économie de marché. Résultat naturel et logique du progrès technique et de la rationalisation de la production. Le plein emploi est une illusion archaïque (voir "utopie").
  • Normalement, si le gouvernement respectait le bloc de constitutionnalité en cour de validité, l'emploi devrait être une priorité. Cela, en plus, réglerait des problèmes liés à des cotisations, retraites et autres caisses actuellement déficitaires voire proches de la faillite et de l'effondrement. Plutôt que de vouloir que les travailleurs meurent de vieillesse derrière leurs bureaux, à leurs ateliers ou n'importe où ailleurs, sous prétexte de cotiser plus et je ne sais quel autre mensonge éhonté, ne serait-il pas plus judicieux de donner un emploi aux chômeurs et aux jeunes diplômés? A moins que respecter les termes de la constitution soit considéré depuis la loi LOPPSI 2 comme un acte de terrorisme. En France, quand un citoyen se pose des questions sur la logique de la politique du gouvernement, il y a une loi pour le considérer comme un dangereux terroriste. Les musulmans sont tournés vers la Mecque, la droite vers l'Élysée, l'Élysée vers les chenilles de Panzer Kardinal, et les avions de nos aéroports vers les destinations de départ.
  1. Le mensonge.
  • Le mensonge est l'énoncé délibéré d'un fait contraire à la vérité, ou encore la dissimulation de la vérité (dans ce dernier cas on parle plus particulièrement de mensonge par omission). C'est aussi un propos contraire à la vérité, tenu avec dessein de tromper.
  • Politique générale qui consiste à informer les citoyens, à les éduquer et leur inculquer des notions erronées, fausses, contrefaites ou parfois même inventées de toutes pièces. Ce concept, lié à celui de propagande, pour le peu qu'il soit relayé par la presse, peut faire des ravages désastreux. Les exemples sont nombreux et concernent des pans entiers de notre histoire dont les sujets, quand ils sont trop récents, sont considérés comme tabous.
Mise en application numéro 1: comment ruiner une entreprise?
  • Mettre en pratique une politique de maîtrise des coûts. Le but avoué sera de faire des économies, d'en faire faire aux employés en leur supprimant ou restreignant l'accès à certains outils de travail (retrait des photocopieuses, diminution du nombre d'imprimantes, réduction des fournitures de bureau, utilisation de papier recyclé de mauvaise qualité) En réalité, mettre en place cette politique coûtera bien plus cher à l'entreprise que les économies qu'elle était supposée réaliser (comme ce sont des techniques américaines et que tout ce qui vient de là-bas, même si c'est la pire sottise du siècle, c'est forcément bien! Et si, par hasard, ces techniques étaient abandonnées, il y aura toujours une entreprise de France pour en racheter le brevet, pour un prix pharaonique, l'appliquer et s'y casser les dents!)
  • Pour réaliser ces fameuses économies, des spécialistes avaient eu des éclairs de génie mais qui se sont avérés calamiteux. Retirer les photocopieuses avait mis fin aux contrats liés au machines: conclusion, les employés ont du faire sous-traiter ce travail à une boîte de reprographie. Retards dans le traitement des dossiers, dépenses liées au carburant ou au transferts télématiques, perte de temps en tout genre et de documents. La diminution du parc d'imprimantes avait nécessité le concours d'une société de service informatique pour que les employés puissent accéder, par le réseau, à celles qui restaient et qui n'étaient pas forcément compatibles. Le papier recyclé, moins cher, occasionnait de nombreux bourrages dans les imprimantes qui restaient plus souvent en panne qu'opérationnelles. Je pourrais aligner d'autres exemples pendant des heures.
  • Réduire le personnel est une méthode pratique et efficace pour réaliser des économies. On remplace un employé par une machine ce qui coûte beaucoup moins cher. Est-ce si sûr? La personne qui pesait les légumes au supermarché a été remplacée par une balance qui reconnaît les fruits et les légumes par leur couleur. Payer les tomates au prix des fraises, et inversement, ne réalise pas toujours le vœu des économes. Il en va de même pour les engins qui scannent les codes barres des produits et que des hôtesses, qu'on licenciera par la suite, vous incitent à utiliser. Qui disait: « Le progrès ne vaut que s'il est partagé. » Je crois que c'est un individu qui songeait plus aux actionnaires et autres fonds de pension qu'au personnel humain de son entreprise.
  • Il est également recommandé de mettre en place un service de facturation déconnecté de toute réalité et indépendant des autres services pour lesquels il établit ses factures. Prioriser la facturation interne peut s'avérer utile (pour le naufrage final) car même s'il n'a aucune utilité autre que celle d'exiger des quotas imbéciles et des taux de ci ou de ça à des employés récalcitrants, elle permettra de faire croire à une compétitivité (avec personne puisque c'est en interne). Donner une importance à tous les chiffres quels qu'ils soient, même du thermomètre ou de la trotteuse de la pendule de la salle de repos, donnera l'illusion qu'il se passe encore quelque chose alors que tout est irrémédiablement bloqué.
  • Pour achever le travail, penser à réduire de façon drastique toute sorte de stocks. Les autres services, notamment ceux de facturation et de gestion du parc, auront pris soin d'immobiliser les matériels encore disponibles, de les rendre inaccessibles ou les auront même revendus pour en retirer des liquidités. Comme plus personne ne sera capable de sortir l'entreprise concernée de la faillite, accélérer sa ruine ne sera qu'un jeu d'enfant. Penser à conserver deux ou trois employés, vos chouchous, jusqu'aux derniers instants : vous aurez besoin de responsables, ils seront tout désignés.
Mise en application numéro 2: le stage d'apprenti dictateur (fiche pratique)..
  • Scolarité en alternance. Dans une mairie, avec un ministre et sous les auspices de deux figures de la politique qu'une compétition électorale aura séparé après des années d'amitié.
  • Formation sur cinq ans. Logé aux frais du contribuable, salaires auto-négociables et avantages multiples (parc de véhicules automobiles, avion officiel, presse muselée, parlement rampant, châteaux...)
  • Des outils pédagogiques modulables: une constitution bidouillable à l'envi, des textes de loi fabriqués sur mesure, des réformes idéales pour mener la partie entre les centristes qui ne sont pas encore venus lécher les bottines présidentielles et les troupes hirsutes de la gauche où il y a plus de chefs que de militants. Accès possible vers la galerie d'Apollon du musée du Louvre où se trouve conservée, dans une vitrine pleine des dorures de l'illusion, à côté du mythe de l'homme providentiel qui a servi à d'autres bien plus grands, la tentation monarchique ultime: the french crown.
  • Le sujet de mémoire sera au choix « Comment j'ai ruiné définitivement la France » ou « Méthodes pour discréditer la France aux yeux des investisseurs étrangers » ou encore « Comme je ne ferai pas un second mandat, celui (ou celle) qui viendra après moi aura beaucoup de mal à redresser la barre! »
Vous pouvez déjà vous munir de votre « A » autocollant, monsieur le président, et le coller sur le véhicule qui vous raccompagnera.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire