dimanche 10 octobre 2010

Connaissez-vous l'UMP ?

« La France a toujours cru qu'une chose dite était une chose faite! » (Henri Frédéric Amiel, journal intime 1846)
« On ne refera pas la France par les élites, on la refera par la base. » (Georges Bernanos, Les Grands Cimetières sous la lune, 1938)
« Il faut écouter beaucoup et parler peu pour bien agir au gouvernement d'un état. » (Cardinal de Richelieu)
« j'ai changé le gouvernement et j'ai fait mettre dans le journal qu'on paierait deux fois tous les impôts et trois fois ceux qui pourront être désignés ultérieurement. Avec ce système, j'aurai vite fait fortune, alors je tuerai tout le monde et je m'en irai. » (Alfred Jarry, Ubu Roi)
Si l'UMP était un iceberg et la France le « Titanic », il y aurait largement de quoi s'inquiéter. Il y a des éléments qui, lorsque l'actualité les range par deux, ont tendance à exploser et faire des dégâts autour d'eux. Les exemples ne manquent pas : un colon israélien et un palestinien, pour peu qu'ils soient un peu religieux, sont capables de mettre leur terre à feu et à sang; un catholique et un protestant, pour peu qu'ils soient irlandais, peuvent arriver à un résultat équivalent. Le cas du navire réputé insubmersible et de l'iceberg, en dehors du film avec le bellâtre bien connu, a de quoi mettre nos sens en alerte.
Un iceberg est un bloc de glace flottant sur la mer, détaché du flanc d'un glacier. Sa partie émergée ne représente qu'un dixième environ de son épaisseur totale. On comprend pourquoi le « Titanic », un navire dont la facture devait marquer le siècle tout comme le « France » (pas le pays, le paquebot), a sombré contre toute attente et (à ce qu'on prétendait) contre toute logique. La phrase d'ouverture de ce billet prend donc ici une dimension toute particulière : s'il faut se méfier des apparences, il faut surtout craindre ce qu'on ne voit pas, ce qu'on ne nous dit pas, de ce qu'on veut nous dire, nous faire croire, admettre et ainsi de suite.
Si l'UMP était un iceberg, disais-je... Mais qu'est-ce que l'UMP? Le formidable outil qu'est Internet donne les informations suivantes :
  1. Le pistolet mitrailleur UMP (Universale Maschinenpistole en allemand : pistolet mitrailleur universel) est une arme fabriquée par la firme Heckler & Koch et avant tout conçue pour le marché policier d'Amérique du Nord avec l'ambition d'y remplacer le MP5.
  2. L'Union pour un mouvement populaire (UMP) est un parti politique français de droite et de centre-droit nommé à sa création « Union pour la majorité présidentielle », en vue de soutenir la candidature du président Jacques Chirac à sa propre succession en 2002. Il est membre du Parti populaire européen, ainsi que de l'Union démocratique internationale, association des partis de centre-droit à l'échelle mondiale. (Wikipédia)
La première des définitions, dont on peut se demander pourquoi elle figure là, n'est pas sans évoquer deux fantasmes qui sont présents dans la conscience collective : l'Allemagne et la CIA. La France, celle d'alors et celle de maintenant, leur doit ses principaux fléaux. La deuxième mérite un arrêt pour examen (Non, pas une garde-à-vue, événement particulièrement jouissif, mais une étude attentive).
Dans un billet précédent, j'avais proposé une théorie avant-gardiste : les mathématiques non-arithmétiques qui est à la science des chiffres ce que la 'pataphysique est à la physique : un ensemble de solutions purement imaginaires. Nous avons ici un exemple parlant: 1 = 2. Pour un acronyme (UMP), deux possibilités sont offertes. Je passerai sous silence cette « Union pour la Majorité Présidentielle » qui est une aberration (La constitution! Encore elle!) pour me consacrer à la seconde qui relève de l'iceberg (l'exemple du début!)
L'UMP est « l'Union pour un Mouvement Populaire » nous dit-on. Il est vrai que ces derniers temps, les mouvements sont populaires puisque tout ce qui bouge défile dans les rues, banderoles au vent et chants de guerres sur toutes les lèvres. Il ne manque plus qu'une guerre (de rue, je vous rassure!) pour mettre ce beau monde au front (populaire, puisque tout est populaire dans le mouvement) De plus, pour assurer un franc succès à ces mouvements (populaires, donc) il fallait bien un bloc (de constitutionnalité, le truc à la mode depuis 2008), une union: la majorité présidentielle.
Petite bluette de sémantique non-saussurienne:
      (1 tsar président + 1 star première dame) dans un lit de justice = un repos sans retraite.
      C'est un lien de cause à effet (et de concession à perpétuité) qui s'apparente à un repos éternel. Dans de grosses entreprises, comme France Télécom, les carrières se terminent par une retraite ou un suicide. Pour les promotions (on parle également des soldes), elles sont gravées dans le marbre, comme disait notre président, dans le marbre des pierres tombales.
Mouvement:
  • Un mouvement, dans le domaine de la mécanique, est le déplacement d'un corps par rapport à un point fixe de l'espace et à un moment déterminé.
  • Transport d'un corps ou d'une de ses parties d'un lieu, d'une place dans une autre. (Un exemple: de la place de la Bastille, à celle de la Nation, en passant par République.)
  • Changement de situation qu'un corps éprouve relativement à certains objets regardés comme fixes, par l'effet d'une force agissant sur lui; Révolution, marche, réelle ou apparente, des astres. (Certains mots ont des résonances particulières même s'ils ne sont pas employés dans un contexte approprié! Trouvez lesquels)
  • Organisation ayant pour objectif la sensibilisation de la population à la Résistance par la diffusion de tracts ou d'un journal clandestin. (Il reste à déterminer à qui attribuer le mouvement qui vient d'être défini : au gouvernement qui reste sur ses positions – remarquez la subtilité non-euclidienne et non-aristotélicienne de l'énoncé – ou aux manifestants qui défilent sous les compteurs borgnes des agents des Renseignements Généraux)
Populaire:
  • Qui concerne le peuple, qui appartient au peuple. Qui est répandu jusque dans le peuple. Dont la souveraineté est dans les mains du peuple, en parlant de forme de gouvernement, d'état. Qui fait impression sur le peuple, sur la multitude; Qui est conforme aux goûts du peuple. (Les unes des quotidiens de ces derniers mois nous donnent une preuve éclatante que « populaire » n'est pas l'adjectif approprié pour préciser la nature de ce mouvement : antidémocratique, despotique voire fascisant conviendraient mieux. On pourrait avancer celui de « monarchique » et on ne se tromperait que de quelques angstrœms! )
  • Petite remarque: lorsqu'un produit de consommation porte le nom d'un élément qui ferait penser qu'il en contient effectivement alors qu'en réalité ce n'est pas le cas, on adjoint à ce nom le terme de « fantaisie ». Le « Kirsh fantaisie » et la « soupe de tortue fantaisie » sont des illustrations de cette subtilité. Ainsi l'UMP devrait s'appeler UMPF: Union pour un Mouvement Populaire Fantaisie (ou fantaisiste si on est d'humeur rieuse).
  • Traduction latine de la Bible réalisée par saint Jérôme à la fin du IVème siècle. La vulgate est aujourd'hui encore la version de référence dans l'Eglise latine. La version finale, promulguée par Jean Paul II en 1979, est appelée «Nova Vulgata». (Le président d'une république laïque qui souhaite malgré tout ramper devant la soutane de Panzer Kardinal doit être au courant de cela)
La « majorité présidentielle » désigne, sous le régime de la Cinquième République, les partis politiques et groupes parlementaires soutenant l'action du Président de la République française. Il y a juste un défaut : c'est le gouvernement qui conduit la politique et non le président. Relisez la constitution!
« L'UMP regroupe le RPR et Démocratie libérale. A sa création, deux tiers des députés de l'Union pour la démocratie française (UDF) ont rejoint ses rangs. Ce parti cherche donc à être un rassemblement de tendances gaullistes, libérales et démocrates chrétiennes (ou des tendances bonapartistes et orléanistes, suivant la classification de René Rémond, de la droite française.) L'UMP est le premier parti politique de France en nombre d'adhérents (228 740 selon Le Figaro du 29 octobre 2009[4]). » (Wikipedia)
René Rémond a publié en 1954 son ouvrage le plus célèbre, « La Droite en France de 1815 à nos jours », devenu un classique des sciences humaines, et renommé « les Droites en France » pour sa quatrième et dernière édition, en 1982. Il y dresse une typologie de la droite française en trois familles héritées des conflits du XIXe siècle, la droite « orléaniste » ou libérale, la droite « bonapartiste » ou autoritaire, et la droite « légitimiste » ou réactionnaire, et postule leur pertinence jusqu’à nos jours. (Encore une référence monarchique... Une de plus!)
Une simple conclusion s'imposera, sans avoir nécessairement un lien avec ce qui a été dit ici: le Président Sarkozy (Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa, dit Nicolas Sarkozy – ou encore Nicolaon Dernier, empereur de l'Ump) est et restera un exemple pour les présidents qui lui succéderont... Un exemple de ce qu'il ne faut pas, de ce qu'il ne faut surtout pas faire!
Rien que pour cela, en 2012, vous aurez mérité votre retraite, monsieur le président. Parmi les destinations de villégiature, le peuple de France reconnaissant vous propose:
  • L'île d'Elbe, trop proche de nos côtes, on en est déjà revenu jadis.
  • Une maison libre à Longwood, sur l'île de Sainte-Hélène. A déjà servi mais peut reprendre du service.
  • La cave de la maison Ipatiev à Tzarkoie Selo, recommandée par les Romanov.
  • La Roumanie. L'état français verse une sorte de prime d'installation à tous les touristes. Promotion limitée dans le temps.
  • La Hongrie...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire