vendredi 21 janvier 2011

Droit de réponse à Louis XVI ...

Voilà un titre qui risque de faire (peut-être) parler de lui.
Le Peuple, qui n'a pas la parole sous le règne du président autocrate Nicolas Sarkozy, il suffit de se souvenir de l'année 2010 (elle n'est pas si loin), va pour une journée, laisser s'exprimer un personnage de l'histoire de France que les manuels scolaires, les historiens et la propagande républicaine n'ont guère épargné : le roi Louis XVI.
Pourquoi lui, pourquoi aujourd'hui, deux siècles après sa mort et pour quelle raison? Que pourrait-il avoir à dire aujourd'hui?
Les réponses sont simples, les voici.
  1. Louis XVI est connu de tous pour son passage sur la guillotine. Ce qu'il a été, ce qu'il a fait avant la révolution, ses réformes abouties et celles qui n'ont rien donné, ont fait l'objet de commentaires, analyses et examens dont le sérieux frôle souvent le burlesque. Tout a été dit! Tout et son contraire! Les vérités comme les mensonges les plus abracadabrants, les faits avérés et les ragots inventés de toutes pièces, en somme, du grand n'importe quoi. Pour se donner une idée du vrai Louis XVI, je conseillerais volontiers la biographie de Jean-Christian Petitfils, un monument (même si je le soupçonne par moment d'avoir des opinions partisanes). Par la même occasion, je vous recommande également son « Louis XIV ».
  2. En guise de résumé (avec des raccourcis!) voici ce qu'il faudrait retenir (avant de se lancer dans des recherches - personnelles - approfondies) :
    « Le règne de Louis XVI est marqué par des réformes importantes concernant le droit des personnes : abolition de la torture en 1781 et 1788, abolition du servage dans le domaine royal en 1779, abolition du péage corporel des juifs d'Alsace en 1784, édit de tolérance des protestants en 1787. Il est aussi marqué par quatre tentatives de réformes profondes du royaume (1774-1776, 1781, 1787 par deux fois) passant par l'instauration d'un impôt direct égalitaire (en remplacement de la taille inégalitaire) et d'assemblées provinciales élues destinées à contrôler cet impôt. Ces dernières réformes butèrent sur l'hostilité des privilégiés, en particulier celle de la noblesse de robe, celle du Parlement de Paris et celle de la Cour de Versailles. Louis XVI tenta alors de passer outre leur opposition en présentant ses réformes devant une assemblée de notables (1787) puis devant les états généraux (1789) ».
    « Les dernières années du règne de Louis XVI sont marquées par la Révolution française qui, tout en reprenant certaines des réformes soutenues par le roi avant 1789, transforment le rôle politique du roi et le système de gouvernement de la France en mettant fin à la monarchie absolue de droit divin. Dans un premier temps, le roi Louis XVI devient un monarque constitutionnel en butte à une convention nationale hostile. Dans un second temps, le roi est renversé le 10 août 1792 par les sections républicaines, la monarchie abolie puis la République proclamée. Dès lors surnommé Louis le Dernier ou Louis Capet par les Révolutionnaires, Louis XVI est inculpé pour trahison par ces derniers sur l'accusation de ne pas avoir respecté son rôle constitutionnel, d'avoir manœuvré secrètement contre la Révolution et d'avoir tenté de fuir la France (arrestation de Varennes en 1791). Jugé coupable par la Convention nationale, il est condamné à mort et guillotiné le 21 janvier 1793 sur la place de la Révolution à Paris. Considéré d'abord soit comme un traître à la patrie soit comme un martyr, les historiens français ont fini par globalement adopter une vue nuancée de la personnalité et du rôle de Louis XVI, décrit comme un honnête homme mû par de bonnes intentions, mais qui n'était pas à la hauteur de la tâche herculéenne qu'aurait représentée une profonde réforme de la Monarchie. »
    (Source: Wikipédia)
  3. Pourquoi donner la parole à ce roi de France aujourd'hui? La réponse figure au paragraphe précédent, je vous la redonne. Aujourd'hui, Vendredi 21 janvier 2011, c'est le jour anniversaire de sa mort.
    N'allez pas pour autant vous imaginer que je commémore cet événement comme le font d'autres personnes dites « royalistes » : je profite simplement de ce jour pour rappeler les éléments qui suivent :
  • Les textes fondateurs de la République sont issus de la Révolution Française.
  • La Révolution Française a pour origine la réunion des états généraux.
  • Les état généraux ont été réunis suite à la convocation du roi Louis XVI.
  • La Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen a été approuvée par le roi Louis XVI (vous pouvez le vérifier dans la mairie de votre commune, à la préfecture de votre département ou tout simplement sur les sites officiels et gouvernementaux).
Je vous livre donc deux textes importants :
Le premier, la lettre de convocation des états généraux à Versailles :
« De par le Roi,
Notre aimé et féal.
Nous avons besoin du concours de nos fidèles sujets pour Nous aider à surmonter toutes les difficultés où Nous Nous trouvons relativement à l'état de Nos finances, et pour établir, suivant nos vœux, un ordre constant et invariable dans toutes les parties du gouvernement qui intéressent le bonheur de nos sujets et la prospérité de Notre royaume. Ces grands motifs Nous ont déterminé à convoquer l'Assemblée des États de toutes les provinces de notre obéissance, tant pour Nous conseiller et Nous assister dans toutes les choses qui seront mises sous nos yeux, que pour Nous faire connaître les souhaits et doléances de nos peuples, de manière que par une mutuelle confiance et par un amour réciproque entre le souverain et ses sujets, il soit apporté le plus promptement possible un remède efficace aux maux de l'État, que les abus de tous genre soient réformés et prévenus par de bons et solides moyens qui assurent la félicité publique et qui nous rendent à Nous particulièrement, le calme et la tranquillité dont Nous sommes privés depuis si longtemps.
Donné à Versailles, le 14 janvier 1789 ».
Le second, le texte du discours d'ouverture prononcé devant les représentants des états généraux le 5 mai 1789 par Louis XVI. On notera au passage un changement significatif dans le ton et la forme du texte :
« Messieurs,
Ce jour que mon cœur attendait depuis longtemps est enfin arrivé, et je me vois entouré
des représentants de la Nation à laquelle je me fais gloire de commander.
Un long intervalle s’était écoulé depuis les dernières tenues des états généraux ; et quoique la convocation de ces assemblées parût être tombée en désuétude, je n’ai pas balancé à rétablir un usage dont le royaume peut tirer une nouvelle force, et qui peut ouvrir à
la Nation une nouvelle source de bonheur.
La dette de l’État, déjà immense à mon avènement au trône, s’est encore accrue sous mon règne :
une guerre dispendieuse, mais honorable, en a été la cause ; l’augmentation des impôts en a été la suite nécessaire, et a rendu plus sensible leur inégale répartition.
Une inquiétude générale, un désir exagéré d’innovations, se sont emparés des esprits, et finiraient par égarer totalement les opinions, si on ne se hâtait de les fixer par une réunion d’avis sages et modérés.
C’est dans cette confiance, Messieurs, que je vous ai rassemblés, et je vois avec sensibilité qu’elle a déjà été justifiée par les dispositions que les deux premiers Ordres ont montrées à renoncer à leurs privilèges pécuniaires. L’espérance que j’ai conçue de voir tous les Ordres réunis de sentiments concourir avec moi au bien général de l’État, ne sera point trompée.
J’ai ordonné dans les dépenses des retranchements considérables ; vous me présenterez encore à cet égard des idées que je recevrai avec empressement : mais malgré la ressource que peut offrir l’économie la plus sévère, je crains, Messieurs, de ne pouvoir pas soulager mes sujets aussi promptement que je le désirais. Je ferai mettre sous vos yeux la situation exacte des finances ; et quand vous l’aurez examinée, je suis assuré d’avance que vous me proposerez les moyens les plus efficaces pour y établir un ordre permanent, et affermir le crédit public. Ce grand et salutaire ouvrage qui assurera le bonheur du royaume au-dedans, et sa considération au-dehors, vous occupera essentiellement.
Les esprits sont dans l’agitation ; mais
une assemblée des représentants de la Nation n’écoutera sans doute que les conseils de la sagesse et de la prudence. Vous aurez jugé vous-mêmes, Messieurs, qu’on s’en est écarté dans plusieurs occasions récentes ; mais l’esprit dominant de vos délibérations répondra aux véritables sentiments d’une Nation généreuse, et dont l’amour pour ses Rois a fait le caractère distinctif : j’éloignerai tout autre souvenir.
Je connais l’autorité et la puissance d’un Roi juste au milieu d’un peuple fidèle et attaché de tout temps aux principes de la Monarchie : ils ont fait la gloire et l’éclat de la France ; je dois en être le soutien, et je le serai constamment.
Mais tout ce qu’on peut attendre du plus tendre intérêt au bonheur public, tout ce qu’on peut demander à un Souverain, le premier ami de ses peuples, vous pouvez, vous devez l’espérer de mes sentiments.
Puisse, Messieurs, un heureux accord régner dans cette assemblée, et cette époque devenir à jamais mémorable pour le bonheur et la prospérité du royaume ! C’est le souhait de mon cœur, c’est le plus ardent de mes vœux, c’est enfin le prix que j’attends de la droiture de mes intentions et de mon amour pour mes peuples.
Mon Garde des Sceaux va vous expliquer plus amplement mes intentions ; et j’ai ordonné au Directeur général des finances de vous en exposer l’état ».
Pour mémoire, un résumé de ces premiers temps de la révolution française :
« Les états généraux s'ouvrent le 5 mai 1789 par une procession dans les rues de Versailles et une messe du Saint-Esprit, au cours de laquelle Mgr de La Fare prononce le sermon d'usage, honneur que briguait Talleyrand. Ce sermon a fait couler beaucoup d'encre, mais il est confondu par presque tous les historiens avec un texte apocryphe n'ayant pas de trait commun avec l'original, et a seul été imprimé à l'époque. Après ces préliminaires, le lendemain, 5 mai à Versailles, a lieu l'ouverture de la séance royale dans une salle aménagée à l'hôtel des Menus Plaisirs et dénommée pour la circonstance salle des trois ordres. Cette date marque le début de la Révolution française.
Sur 1139 députés, 291 appartiennent au clergé et 270 à la noblesse. La première séance, le 5 mai, est présidée par Louis XVI en personne, le clergé s'assied à la droite du trône, la noblesse à gauche, le tiers état en face. Les orateurs sont le roi, le garde des sceaux, Barentin, et le ministre des finances, Jacques Necker.
Sous les applaudissements du clergé et de la majorité du tiers, Anne Louis Henri de La Fare, l'évêque de Nancy, prononce le sermon de la messe d'ouverture des états généraux. Mais l'opinion publique impressionnée par les assertions calomnieuses de Mirabeau évoluera rapidement.
Après un discours concis et généralement bien accueilli du roi, Barentin, le garde des Sceaux, fait ensuite l'éloge du roi. Necker prononce enfin un discours qui fait prendre conscience aux députés de la situation financière désastreuse du royaume. Il fait apparaître que la situation générale en France est beaucoup plus confuse qu'on ne le pensait ; le gouvernement est totalement désorienté.
Seul le contrôleur des finances aborde les raisons pour lesquelles les états généraux sont réunis : le déficit du budget. Mais il affirme qu'il sera aisé d'y remédier. Il ne parle pas du problème qui préoccupe le plus les députés : le vote par ordre, ou par tête, à l'issue de la séance solennelle, qui conditionne toute réforme. »
(Source : Wikipédia)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire